Zuhal Demir, ministre flamand de l’environnement (NV-A) débloque pas moins de 75 millions d’euros pour le Blue Deal dans la lutte contre la sécheresse en Flandre.

Par des investissements dans des bassins d’infiltration et des bassins tampons à grande échelle, l’adoucissement des villes et l’utilisation circulaire de l’eau dans l’agriculture et l’industrie, le gouvernement veut rendre la Flandre plus résistante à la sécheresse.

De longues périodes sans pluie se succèdent rapidement. La Flandre est plus sèche que jamais. Il est grand temps d’agir. La lutte contre la pénurie d’eau s’intensifie avec de nombreuses actions et travaux d’infrastructure. Tout le monde doit utiliser l’eau avec plus de parcimonie et la réutiliser lorsque c’est possible. Le gaspillage n’est plus de ce temps.

Les images satellites montrent que la Belgique est l’un des pires élèves de la classe en ce qui concerne la disponibilité de l’eau. Nos eaux souterraines sont beaucoup plus basses que la normale. À tel point que nous nous en sortons moins bien que l’Espagne et le sud de l’Italie. L’eau est une ressource rare et précieuse et cela ne se traduit pas encore dans notre utilisation quotidienne. C’est pourquoi le “Blue Deal” s’adresse à tous : au citoyen ordinaire, aux villes et aux communes, à l’industrie et à l’agriculture.

L’eau sera retenue autant que possible dans les marécages, les prairies humides, les cours d’eau avec des barrages et des bassins tampons. Réduire le pavage, optimiser la nature et maximiser l’utilisation de l’eau circulaire. Les tuyaux qui fuient seront réparés plus rapidement. Dans une première phase, 70 actions concrètes et un budget de 75 millions d’euros qui pourra être augmenté ultérieurement.

Pour les entreprises, un scan/audit de l’eau fera partie des conditions de recevabilité des demandes d’aide financière et de permis du gouvernement flamand à partir de 2022. Mais les grands consommateurs et les entreprises ayant une grande surface pavée seront également soumis à un balayage de l’eau. L’objectif : augmenter la rentabilité des projets de réutilisation de l’eau. Pour les autorités locales, il y aura un programme d’intervention pour les opérations d’adoucissement et l’obligation d’un “plan d’eau de pluie et de sécheresse” lors de la demande de subventions liées à l’eau.

Source et plus d’informations : www.zuhaldemir.be.